Espèces animales et végétales de Picardie

Veuillez consulter les mentions légales pour toute réutilisation des données ci-dessous.

Rech. par groupe d'espèces :

 

Pie bavarde
Pica pica (L.)

L'affichage de cette image a été désactivé à la demande d'un de nos partenaires.

Rareté en Picardie

Commun

Menace en Picardie

Préoccupation mineure

Période de sensibilité maximale

Mi-février à mai.

Déterminante de ZNIEFF ?

non

Carte de répartition (clicnat)

accès direct à clicnat

fiche INPN

accès direct à l'INPN

Images sur Google

Google images

Dernière année d'observation

2016

Génération - longévité

Longévité : 21 ans et 8 mois selon les reprises de bague ; 15 ans en moyenne.

Statut biologique (Picardie nature)

reproducteur

Priorité de conservation en Picardie

non prioritaire

Etat de conservation en Picardie

favorable

publications scientifiques

Google Scholar

Description

La pie bavarde est un oiseau noir et blanc à longue queue. L'adulte a la tête, la poitrine, le dos et le bas-ventre noirs. Les ailes et la queue présentent un plumage iridescent bleu-vert métallique. On peut voir de grandes taches blanches sur les scapulaires, et des marques blanches sur les primaires, visibles sur les ailes déployées. L'abdomen est d'un blanc pur. La queue est longue, graduée, avec une bande à reflets violets près de l'extrémité.
Le bec puissant est noir. Les yeux sont brun foncé. Les pattes et les doigts sont noirs.
Le mâle est plus grand que la femelle.
Le juvénile ressemble aux adultes avec un plumage plus terne.
Envergure : 52 à 60 cm. POids : 180 à 275 g.

Protection

Cette espèce ne fait pas l'objet de protection particulière

Directive européenne "Habitats" ou "Oiseaux"

- Annexe II/2 de la Directive 79/409/CEE (Directive européenne dite Directive Oiseaux)

Action de conservation (Picardie Nature)

Non renseigné

Actions de conservation

Aucune mesure de conservation n'est envisagée actuellement, du fait du statut d'espèce dite "nuisible".

Menace (Picardie Nature)

Elle est traditionnellement considérée comme une espèce nuisible (elle est victime de pièges, tirs et empoisonnements divers et variés) et une voleuse, mais de nos jours, ces vérités populaires sont un peu démodées...

Commentaire statut menace (Picardie Nature)

Elle n'est pas menacée, mais n'est pas particulièrement abondante.

Menaces potentielles

La pie bavarde ne fait l'objet d'aucune menace bien que son statut soit classé comme "nuisible", elle rend des services écosystémiques (élimination des cadavres, régulation de leurs population-proies).

Comportement

Espèce très sociable et visible, la pie bavarde évolue souvent en couple ou en groupe familial. Elle forme parfois des groupes plus importants d'une vingtaine d'oiseaux, en particulier en hiver dans les dortoirs.
Comme beaucoup de corvidés, la pie cache sa nourriture en surplus mais la consomme dans les jours suivants.
Le nid est souvent placé près de la cime des arbres, parfois dans les buissons ou sur les pylônes électriques. Volumineux, il est pourvu d'un toit et d'une entrée latérale. La femelle y pond 2 à 8 oeufs vert bleuâtre, parfois crème, tachetés de brun. L'incubation dure 17 à 22 jours, assurée par la femelle, nourrie par le mâle. Les poussins sont nidicoles, nourris par les parents pendant 22 à 24 jours. Les jeunes atteignent leur maturité sexuelle à 2 ans. Une ponte de remplacement peut avoir lieu en cas d'échec de la première. Le nid est parasité par le coucou-geai dans le sud de l'Europe.

Régime alimentaire

La pie bavarde est omnivore, se nourrissant surtout d'insectes. Mais elle consomme aussi des graines de conifères après la période de reproduction. Elle se nourrit aussi de baies, graines et noisettes en hiver. Elle mange des détritus, des oeufs et des oisillons, ainsi que des petits rongeurs. Selon DIDIER & MULLER (2006), la pie se nourrit à 94% d'invertébrés, dont 86% d'insectes. Elle ne représente pas de menace réelle pour les autres populations d'oiseaux.

Aire d'évaluation spécifique (Natura 2000)

Un couple peut étendre son territoire à 2 hectares en milieu urbain et jusqu'à 5 hectares en milieu naturel.

Bibliographie

Faune Sauvage de France, Biologie, Habitats et Gestion - ONCFS, Gerfaut - 81p.
Nouvel inventaire des oiseaux de France – septembre 2008, Delachaux et Niestlé, 454p.
PICARDIE NATURE - Les oiseaux de Picardie, historique, statuts et tendances – Les cahiers du patrimoine naturel de Picardie, 286p, mars 2013.

- Fichier de bibliographie général

Habitat (Picardie Nature)

Elle fréquente surtout les villes et villages, où elle trouve des arbres pour nicher et des lieux où se nourrir à proximité (champs, jardins, prés, cultures). Elle préfère cependant la campagne et ses bosquets, les haies et les bords de cours d'eau, mais elle y niche beaucoup moins car elle y est encore persécutée.

Elle est commune toute l'année en Picardie.

Habitats fréquentés au cours de l'année

Habitats en période de reproduction :zones agricoles, les bosquets, les zones ouvertes ou légèrement boisées, les prairies et les abords des montagnes, les parcs et les jardins, ville. Reproduction de mi-février à mai. Habitats en période de migration :zones agricoles, les bosquets, les zones ouvertes ou légèrement boisées, les prairies et les abords des montagnes, les parcs et les jardins, ville.Habitats en période hivernale :zones agricoles, les bosquets, les zones ouvertes ou légèrement boisées, les prairies et les abords des montagnes, les parcs et les jardins, ville.

Répartition en Europe

Espèce polytypique, P.p.pica niche dans l'Europe de l'ouest (sauf en Espagne). P.p.melanotos, plus petite que l'espèce nominale, croupion noir, tache bleutée plus ou moins marquée derrière l'oeil, se trouve dans les Pyrénées, le Roussillon et l'Espagne.

Répartition en France

Sédentaire, elle est répandue sur tout le territoire.

Répartition régionale (Picardie Nature)

Elle se nourrit principalement d'invertébrés, contrairement aux croyances populaires qui la disent dangereuse pour les populations d'autres oiseaux (notamment les espèces de gibiers).

C'est une espèce sociable avec ses congénères et on les voit souvent en petits groupes. En hiver, elles forment des dortoirs, les effectifs locaux sont alors concentrés au même endroit.

Répartition en Picardie

Observable dans toute la région, elle était notée comme nicheuse commune au XIXè siècle. Son statut de "nuisible" a eu pour conséquence de la trouver plus facilement en milieu urbain que rural. L'enquête STOC-EPS permet de contacter, chaque année, l'espèce dans 10 à 15% des points échantillonnés, 30 à 40% en milieu urbain contre 10% en milieu rural et 0% en forêt.